Est-ce bien raisonnable?

Est-ce bien raisonnable?Est-ce bien raisonnable?Aujourd’hui j’ai envie d’aborder avec toi la notion de réussite dans l’échec !
Parce qu’il y a du positif dans les obstacles et c’est cela même qui nous rend plus fort !
On a tous vécu des défaites tôt ou tard dans notre parcours. Je sais que tu en as vécu comme tout en chacun mais je sais aussi que sous ces défaites s’abrite un grand potentiel.

À ton avis, est-ce que le fait d’échouer dans son parcours de vie ou dans son business est le signe d’une fatalité ? On déclare notre société en période de crise, mais si on regarde dans le passé, cette situation a toujours existé, notamment depuis la Grande Crise de 1929. Elle ne nous a jamais quittés. De nombreux artisans de qualité souffrent de cette situation problématique, bien que leur talent soit indiscutable. Mais alors pourquoi ?
Pour tenter d’y répondre je vais te partager une expérience que j’ai vécu il y a déjà 30 ans et qui m’a toujours porté depuis.J’étais un jeune homme passionné de sport et j’aspirais à me faire une place parmi l’élite du « Canoë de course en ligne ». Un des sports les plus physiques que je connaisse. Un bateau et une pagaie en fibres de carbon, comme les F1, et un sprint pur de plusieurs minutes. Mais peu importe la sévérité de ce sport j’étais résolument déterminé à gagner les compétitions. J’avais de bons entraineurs, un club qui me soutenait et certainement des prédisposions. Mais bien que je remportais les compétitions régionales je ne parvenais pas à atteindre mes objectifs et à gagner les courses nationales et internationales. J’investissais le maximum dans la préparation physique pour être vainqueur sur ces courses, plusieurs heures par jour consacrées à pagayer, à courir, à soulever des altères etc. Mais aujourd’hui je peux admettre que je n’étais pas tout à fait heureux. Certes, je voulais réussir, mais j’ai eu besoin aussi de m’accomplir dans les autres axes de ma vie. C’est alors qu’entre ma vie d’étudiant et ma vie sportive, j’ai travaillé en tant qu’entraineur professionnel de canoë. J’encadrai les plus jeunes et j’avais pour rôle de les mener vers la réussite en compétition. De ce premier métier est née le besoin d’amener des personnes vers la réussite, d’où ma profession de formateur aujourd’hui.
Cependant, en tant qu’entraineur j’ai pris du recul sur les frustrations liées à ma carrière sportive. J’ai eu alors le besoin d’agir pour que mes élèves ne vivent pas les mêmes insatisfactions de l’insuccès.Voici ce que je leur conseillais :NE CHERCHEZ PLUS LA PERFORMANCE ! Ne venez pas à l’entrainement pour gagner des secondes en compétition, pour être meilleur que votre voisin, venez pour vous faire PLAISIR ! Venez pour chercher le BONHEUR dans la glisse du bateau sur l’eau, dans la fluidité du mouvement, dans la camaraderie aussi.De l’assiduité et du plaisir !

Rapidement  j’ai  appliqué ces conseils à moi-même et je n’ai gardé qu’une seule contrainte : être assidu en maintenant le rythme des entrainements. Pour le reste, juste le PLAISIR !

Cette nouvelle philosophie a très vite porté ses fruits et les performances des jeunes athlètes que j’encadrai se sont faites ressentir. Ils ont troqué l’envie de réussir contre le plaisir et le résultat qu’on ne cherchait pas est alors venu. J’ai ressenti une véritable fierté de les voir vu ainsi s’épanouir dans leur sport et évoluer dans la compétition. J’ai alors évolué avec eux face à ce constat. Quand on cesse la quête, qu’on n’est plus intéressé alors la réussite vient à nous.
Résultat : J’ai remporté plusieurs titres de Champion de France, une 3ème place aux World avec l’équipe de France ainsi qu’une place proposée par le  Service Militaire des Sportifs pour effectuer mon contingent. Les portes du sport de haut niveau se sont ouvertes à moi dès lors que j’en avais perdu l’objectif. L’assiduité et le plaisir sont devenus la meilleure combinaison pour la réussite.Ces valeurs m’ont toujours porté, et aujourd’hui encore je les mets en avant dans mon travail de Coach ainsi que dans le développement du label Compagnon Pizzaiolo.
La première partie de ma carrière démontre que mon échec fut finalement le fondement de ma réussite future.Et si on regarde autour de nous on se rend compte qu’il y a des célébrités comme Henry Ford, Bill Gates, Einstein, Walt Disney, Spielberg, Stephen King, le patron de Sony, Thomas Edison et beaucoup d’autres grands leaders qui ont réussi en appliquant les mêmes idées. Assiduité et plaisir. Dans le domaine du Basket Ball il y a également l’exemple de Micheal Jordan. Celui-ci détient le record absolu de paniers tentés et loupés de tous les temps. Lorsqu’on l’interroge sur ses échecs il répond :« Je n’aurais jamais été cette star absolue si je n’avais pas autant échoué. Chacun de mes 9000 tires ratés m’a rapproché de la réussite ! »

Pour conclure, Albert Einstein,soupçonné de déficience mentale nous dit ceci :  » N’essayez pas d’être un homme de succès, soyez un homme de valeur ».Le plaisir et la discipline ?À toi de voir !

Voici le lien de la vidéo que j’ai fait sur ce thème.
A ta pelle ! Et bonne semaine !